[ OBSEQUE.INFO ::>> Cérémonies des obsèques ]
   
     
 
Guide des obsèques

     - Aides financières
     - Allocation décès
     - Cérémonies des obsèques
     - Centre des impôts
     - Certificat d’immatriculation
     - Conservation des corps
     - Déclaration du décès
     - Démarches administratives
     - Don du corps ou d'organes
     - Indivision
     - Inhumation ou crémation
     - L'ASF et l'API
     - Options successorales
     - Ouverture de la succession
     - Partage des biens
     - Pension de réversion et allocation
     - Pompes funèbres
     - Prévoir ses obsèques
     - Transport du corps et rapatriement

 
 
Informations

     - Adresses utiles
     - Combien coûtent les obsèques ?

Bando
recommander ce site ajouter aux favoris retour à l'accueil - Vous êtes ici : Accueil > Guide des obsèques >Cérémonies des obsèques
   Cérémonies des obsèques

    Les obsèques religieuses et civiles

Actuellement, en France, 80% des décès font l’objet d’obsèques religieuses. Les cérémonies religieuses et les rites sont différents selon les religions et permettent au défunt d’avoir des obsèques en accord avec ses croyances. Mais il est également possible de bénéficier d’obsèques civiles.
La loi du 14 novembre 1881 a posé le principe de non-discrimination dans les cimetières. Ce sont des lieux publics civils, où toute marque de reconnaissance des différentes religions est prohibée dans les parties communes. Seules les tombes peuvent faire apparaître des signes particuliers propres à la religion du défunt.


La cérémonie chrétienne

Les obsèques chrétiennes ont pour rôle d’accompagner la famille qui se retrouve confrontée au deuil, en lui permettant de rendre honneur au défunt. C’est un recueillement qui permet d’apporter un témoignage de foi. Cependant, les obsèques religieuses ne sont pas un sacrement et ne sont pas indispensables pour le salut.
  • Confession catholique :
Dans le respect des strictes traditions, une veillée funéraire est célébrée au domicile du défunt. Le libre choix du cercueil est laissé à la famille et rien n’est imposé.
La famille fait le choix des textes et des chants qui seront lus et chantés pendant les obsèques. A la fin de celle-ci, l’officiant bénit le cercueil avec de l’eau bénite, puis l’encense.
Le catholicisme prévoit normalement des obsèques avec inhumation.
La crémation est toutefois tolérée depuis 1963 même si le service funèbre n’est pas admis devant une urne funéraire.
  • Confession protestante :
La cérémonie religieuse qui se déroule au temple ne permet pas de rendre un culte au défunt. Il n'y a pas de prière pour le repos de son âme, car les protestants ne prient pas pour les morts. Le cercueil est équipé d’une croix simple, le corps du défunt repose sur le dos les mains jointes sur la poitrine. La famille fait le choix des lectures, des chants et de la musique.
Le pasteur accompagne le défunt au cimetière comme au crématorium, puisque la crémation est autorisée depuis 1898. Après inhumation, les personnes présentes jettent de la terre sur le cercueil.
  • Confession orthodoxe :
La cérémonie religieuse représente la naissance dans une vie nouvelle et l’entrée dans la sphère spirituelle.
La religion prévoit un rituel de toilette, les bras du défunt sont croisés sur sa poitrine et des bougies sont allumées. Les obsèques doivent avoir lieu trois jours après le décès, le temps que l’âme se sépare du corps. Le cercueil est transporté ouvert à l'église (si la loi civile le permet), à défaut, la croix orthodoxe est déposée sur le cercueil.
A l’église, des cierges sont allumés, le prêtre répand de l’encens et verse de l’huile consacrée sur le front du défunt.
Au cimetière la famille dépose une poignée de terre sur le cercueil.
Au nom du respect du corps, la crémation, l’autopsie et le prélèvement d’organes sont  condamnés par l’église orthodoxe.

La cérémonie musulmane

Le corps doit être inhumé le jour du décès dans les pays musulmans, en France il y a un délai réglementaire de 24 heures à respecter.
Avant la cérémonie religieuse, la toilette mortuaire musulmane est la partie la plus importante du rituel du décès et doit être pratiquée par les membres de la famille ou des proches. Le lavage du corps est effectué par quatre personnes du même sexe que le défunt. Le corps est lavé trois fois de suite et parfumé selon un rituel complexe, puis les yeux sont fermés. Le corps, nu, est ensuite enveloppé dans un linceul blanc. La tête du défunt est orientée vers la Mecque avec les bras le long du corps. Dès que possible, l'imam vient au domicile du défunt pour réciter la prière dite de Shahâdâ. C’est une obligation communautaire et c’est la seule prière prononcée debout, sans inclinaison, ni prosternation.
La cérémonie religieuse à la mosquée, si elle a lieu, car elle est peu pratiquée, consiste seulement en psalmodies rituelles et récitations tirées du Coran. Au moment de la mise en terre, les femmes ne doivent pas être présentes, « la prière de l'absent » est prononcée et les musulmans y participent les mains ouvertes vers le ciel. Le corps est couché sur le côté droit en direction de La Mecque.
En pays musulman, l'inhumation se fait à même la terre, en France, cette pratique est interdite, on utilise donc un cercueil de bois très simple.

En France, les cimetières sont communaux, mais des carrés destinés aux religions minoritaires existent. Cependant, actuellement 80% musulmans sont inhumés dans leur pays d’origine.

L’injection de produits formolés n’est pas autorisée, la crémation et le prélèvement non plus, à cause de la foi en la résurrection des morts.


La cérémonie juive

Le défunt doit être enterré le plus vite possible, en principe le jour même. Les obsèques juives sont très complexes. Un membre de la Hevra Kadicha exécute la toilette purificatrice durant laquelle le corps est aspergé d'eau tiède et nettoyé en entier. Le défunt est revêtu d'un vêtement mortuaire et d’un linceul de toile blanche pendant que des psaumes sont récités. Jusqu'à l'inhumation, le mort est veillé par la famille, la présence d'une bougie symbolise l'immortalité de l'âme. Le cercueil ne passe pas à la synagogue considérée comme un lieu de vie, le cimetière est donc le lieu des obsèques. La prière des morts est récitée par le rabbin et toute la famille doit participer à l'ensevelissement en jetant de la terre sur le cercueil.
L’incinération et le don d'organe sont en principe interdits, car ils portent atteinte au respect du corps mais les juifs libéraux admettent la crémation.


Les obsèques civile

Pour les personnes qui n’ont aucune appartenance religieuse il existe les obsèques civiles. La cérémonie est alors célébrée au cimetière ou au crématorium sans passer par un lieu de culte. La famille peut choisir de la musique ou lire des textes sans pour autant démontrer aucun caractères religieux.


 
 
Documents


Base de documents à télécharger / consulter

Exemples


Témoignages, portraits,
avis des adhérents...
   

Simulation


Simulez votre garantie directement en ligne !  


 
 
 
 
 Mutuelle Epargne Retraite  Contacts  Mentions légales  Liens   Réclamation